fr en
 
 
Publicité
Lundi 23 octobre 2017
 
Vous êtes ici :  Accueil - L'aéroport et sa région - L'aéroport / Environnement / Eau
 

Eau et environnement - Aéroport de Montpellier

+A -A
 

EAU PLUVIALE


Avec ses 470 hectares, la problématique pour l’exploitant est de préserver le milieu naturel des rejets (eaux souterraines et eaux superficielles) et prévenir les risques de pollution.


Depuis plusieurs années, l’aéroport a investi dans la mise en place d’ouvrages importants, au vue des surfaces concernées (parkings, bâtiments, voiries).



Aménagements réalisés en matière d’eau pluviale


amenagement en matiere d eau pluviale aeroport montpellier

Aménagement en matière d'eau pluviale © AMM

Les aéroports se caractérisent par un dixième de leurs surfaces imperméabilisées (parkings voitures et avions, voies de roulement, bâtiments, pistes…).

Lorsqu’il pleut, l’eau se charge de tous les polluants rencontrés sur le sol (poussières, kérosène, gomme des pneus, huiles...). L’objectif des ouvrages décrits ci-dessous est de rejeter dans le milieu naturel des eaux filtrées, afin de ne pas polluer le milieu.

Depuis 2001, l’aéroport a effectué d’importants investissements conformément  à l’arrêté préfectoral du 24 novembre 2003 au titre de la loi sur l’eau.



 

debourbeur deshuileur cuve pollution aeroport montpellier

Débourbeur-Déshuileur © AMM




Le réseau d’eaux pluviales se compose de réseaux de collecte, débourbeur-déshuileurs, bassins de rétention ou cuves, avant de rejoindre le milieu naturel. Les eaux issues des parkings voitures, parkings avions, voies de circulation, zones de maintenance, zone de Fret et aérogare sont raccordées à ce système de collecte et de traitement.

bassin traitement pollution aeroport montpellier

Bassin de traitement de la pollution accidentelle © AMM


Moyens de protection contre les pollutions


avitaillement avion aeroport montpellier mediterranee

Avitaillement d'un avion © AMM




Des accidents de pollution comme le trop plein d’un réservoir d’avion se déversant sur le sol, sont possibles. Ainsi, toutes les précautions sont prises pour prévenir une pollution chronique et accidentelle.


Ces précautions se traduisent par l’aménagement d’infrastructures (bassins de traitement de la pollution chronique et accidentelle sur les aires de maintenance, séparateurs d’hydrocarbures sur les parkings voitures) destinées à traiter les eaux pluviales avant leur rejet dans le milieu naturel.
 


Nappe phréatique


Le site aéroportuaire se localise au droit d’un ensemble de nappes superposées (superficielle, villafranchienne et astienne), interconnectées et séparées par des niveaux argileux.

Le niveau de la nappe est suivi par 2 piézomètres positionnés au niveau du parking P2 à environ 10 mètres de profondeur.


La nappe étant utilisée pour l’arrosage des espaces verts, l’aéroport a mis en place des ouvrages et des mesures pour mieux maîtriser les impacts sur l’exploitation de la nappe superficielle :

  • Compteur volumétrique par forage.
  • Protection des  forages (fermeture et étanchéité).
  • Procédure de déversement accidentel.


 

EAU POTABLE



L’aéroport est alimenté via la station de traitement de Vauguières, à 80% par l’eau du Bas Rhône Languedoc et à 20% par les forages de Vauguières.


En 2015, la consommation d’eau potable sur la plate-forme a été de 25 558 m3. On retrouve en 2015 une augmentation de la consommation d’eau potable imputable à l’augmentation du nombre de passagers. Toutefois, la consommation d’eau ramenée au nombre de passagers reste la même (17 litres par passagers).


 

EAU USEE


Après utilisation, les eaux usées sont collectées par le réseau d’eaux usées qui les achemine vers la station d’épuration de Carnon-Pérols pour traitement.




> Revenir à la rubrique "Présentation".

pub - carre droit - aeroport - emplacements externes
 
pub - banniere basse - tout le site fr
Publicité