fr en
 
 
Publicité
Jeudi 19 octobre 2017
 
Vous êtes ici :  Accueil - L'aéroport et sa région - L'aéroport / Environnement / Faune & Flore
 

Faune, flore et environnement - Aéroport de Montpellier

+A -A
 

AEROPORT MONTPELLIER MEDITERRANEE DANS SON CONTEXTE ENVIRONNEMENTAL


faune flore aeroport montpellier mediterranee

© AMM



La plateforme aéroportuaire de Montpellier Méditerranée est située sur la rive nord-ouest de l’étang de l’Or ou de Mauguio.

Elle est donc bordée au sud, à l’est et à l’ouest par un vaste complexe de zones humides périphériques à l’étang de Mauguio et aux étangs palavasiens abritant une faune et une flore très diversifiée.

Ces étangs constituent de plus une zone de halte migratoire très importante au printemps et en été pour l’ensemble des oiseaux d’Europe de l’Ouest, empruntant la vallée du Rhône et la voie méditerranéenne pour se rendre jusqu’en Afrique du Nord et de l’Ouest et inversement.


 


IMPORTANCE PATRIMONIAL DES ETANGS BORDANT L'AEROPORT


Sites Natura 2000


L’étang de l’Or et les étangs palavasiens sont entièrement classés au titre de Natura 2000 (Zone de Protection Spéciale et Site d’Intérêt Communautaire). Le classement en Zone de Protection Spéciale est lié au fait que ces lagunes abritent de nombreux habitats naturels pour les oiseaux classés à l’annexe I de la Directive Européenne « Oiseaux ».



Zones Naturelles d’Intérêt Ecologique Faunistiques et Floristique (ZNIEFF)


Une ZNIEFF est un secteur du territoire particulièrement intéressant sur le plan écologique, participant au maintien des grands équilibres naturels ou constituant le milieu de vie d’espèces animales et végétales rares, caractéristiques du patrimoine naturel régional.



Etang de l’Or et étangs palavasiens, sites « RAMSAR »


La Convention de Ramsar est un traité international pour la conservation et l'utilisation durable des zones humides, visant à enrayer la dégradation et la perte de zones humides, aujourd'hui et demain, en reconnaissant les fonctions écologiques fondamentales de celles-ci ainsi que leur valeur économique, culturelle, scientifique et récréative..




DIAGNOSTIC ECOLOGIQUE DE LA PLATE-FORME AEROPORTUAIRE



Habitats naturels


La plateforme aéroportuaire peut être divisée en deux parties :

  • Une partie nord rassemblant essentiellement des habitats de « prairies méditerranéennes de fauche », avec l’outarde canepetière, perdrix rouge, vanneau huppé, pluvier doré, héron garde-bœufs, milan noir, faucon crécerelle, corneille noire, choucas des tours, étourneau.
  • Une partie sud composée essentiellement de « prés salés méditerranéens », de «sansouires», avec le héron cendré, aigrette, flamant rose, tadorne, mouette mélanocéphale, goéland leucophée.


On dénombre également des espèces migratoires comme l’hirondelle de rivage, l’hirondelle de fenêtre, l’hirondelle rustique et le martinet noir.



Oiseaux
 

oiseaux faune flore aeroport montpellier mediterranee

© AMM





L’aéroport est situé en périphérie des lagunes qui constituent des milieux très riches, en particulier pour les oiseaux. Pas moins de 235 espèces ont été inventoriées sur les lagunes pendant un cycle écologique (printemps, été, automne, hiver) et plus de 20 000 oiseaux d’eau stationnent chaque année.

Dans ce contexte, l’aéroport doit faire face à de nombreuses espèces qui accomplissent une partie de leur cycle écologique sur la plateforme (espèces des milieux prairiaux principalement) et des espèces qui fréquentent la plateforme lors de leur transit d’un site à un autre.


 

SERVICE PREVENTION DU PERIL ANIMALIER (SPPA)


Afin de garantir la sécurité des aéronefs sur la piste principale, l’aéroport doit assurer une présence continue, durant la journée « aéronautique » (30 minutes avant le lever du soleil jusqu’à 30 minutes après le coucher du soleil) afin de surveiller et d’effaroucher, si nécessaire, les volatiles qui menaceraient la sécurité des vols, et de neutraliser les animaux sauvages ou domestiques qui feraient des incursions sur l’aire de mouvement.


Les secteurs herbacés sont très attractifs pour de nombreuses espèces d’oiseaux, en particulier les espèces insectivores car ces milieux sont très riches d’un point de vue entomologique.



Plan d’actions pour réduire les nuisances liées à l’avifaune


En vue de réduire l’attractivité aviaire de la plate-forme, un plan d’amélioration continue du Péril Animalier prévoit chaque année les actions suivantes :

  • Dispositifs mobiles d'effarouchement pyrotechnique, utilisant des fusées détonantes et crépitantes.
  • Dispositifs d'effarouchement acoustique spécifiques aux oiseaux (cris de détresse) embarqués  sur un véhicule 4*4.
  • Abandon des espaces cultivés comme la luzerne, source de nourriture  pour les oiseaux.
  • Traitement adapté des parties herbeuses par un fauchage de l’herbe à une hauteur déterminée.
  • Réalisation d’une information destinée aux pilotes pour signifier la présence d’hirondelles et de martinets de mai à septembre.
  • Intervention sur la plate-forme d’un ornithologue.
  • Partenariat avec l’Office Nationale de la Chasse et de la Faune sauvage (ONCFS) en vue de réaliser des actions supplémentaires d’effarouchement et de prélèvement.
  • Mise en place  de deux effaroucheurs fixes acoustiques au niveau des zones de rotation des aéronefs.
  • Abattage des haies et bosquets d’arbres attractifs pour les espèces aviaires.
  • Renforcement du Service de Prévention du Péril Animalier du fin juillet à mi septembre.



> Pour plus d'informations, consultez la rubrique "Prévention Péril Animalier".

> Revenir à la rubrique "Présentation".

pub - carre droit - aeroport - emplacements externes
 
pub - banniere basse - tout le site fr
Publicité