Fermeture annuelle Hall 2

A compter du 20 octobre 2021, le Hall 2 sera fermé pour toute la saison hiver.  En savoir plus

Infos vols & services COVID

Consulter le programme de vols et services COVID  En savoir plus

Jeu easyJet

Tentez de gagner 2 billets d'avion pour Paris Orly ou Porto avec easyJet  En savoir plus

  • MenuMenu
  • RechercheRechercheRechercher
    Fermer
  • Se connecterSe connecterSe connecter

Où partir pour les vacances de la Toussaint ?

Avec une trentaine de destinations accessibles au départ de l’aéroport de Montpellier-Méditerranée, les vacances de la Toussaint promettent de rimer avec dépaysement et exotisme.

 

Après des mois de pandémie et un été passé pour l’essentiel dans l’Hexagone, les Français retrouvent le goût du voyage. Cet automne, les compagnies aériennes reprennent de l’altitude, avec une multitude de vols directs au départ de Montpellier. Que vous soyez amoureux des villes, amateur de grands espaces ou adepte du farniente sur une plage, vous trouverez à coup sûr votre bonheur. 

 

1 - Se cultiver dans les capitales européennes

La culture reprend enfin ses droits dans les grandes métropoles, avec une multitude de nouveaux lieux à visiter et d’expositions à découvrir. Depuis la terrasse de la Tate Modern, musée d’art moderne aménagé dans une ancienne centrale électrique de Londres, on admire les gratte-ciels élancés de la City, avant de visiter l’exposition The Art ok Banksy (au 50 Earlham Street) consacré à l’artiste de street-art. A Amsterdam aussi, souffle un vent nouveau. On prend le large au Eye, un bâtiment en forme de voile blanche qui accueille le Musée du film ; et on prend le pouls de la ville à Westergasfabriek, une usine transformée en espace culturel et de loisirs.

Dans le sud de l’Europe, le terminal de bateau Sul Sueste de Lisbonne a repris vie avec de nouvelles attractions, dont le musée Centre du Tage qui invite à redécouvrir le fleuve. A deux pas, les Docks de la Marine dévoilent une vue sublime depuis ses terrasses réaménagées. Toujours au Portugal, Porto pulse au rythme du nouveau quartier Wow (pour World of Wine). Il regroupe des restaurants, bars à vins et sept musées dont le récent Pink Palace Expérience pour tout savoir des vins rosés. 

Séville aussi se réinvente. Au-delà des chefs d’œuvre historiques comme le Palais de l’Alcazar, la ville andalouse étonne avec le Metropol Parasol, structure en bois haute de 28 mètres qui coiffe la Place de la Encarnacion, tel un champignon géant. Enfin, Athènes bouillonne. Après le Centre culturel de la Fondation Stavros qui abrite l’opéra et la bibliothèque nationale, voilà la nouvelle Fondation Goulandris qui rassemble des œuvres de Monet, Picasso, Miro, Matisse et Soulages... 

Comment on y va ? Avec easyJet qui relie Montpellier à Londres et Porto, Transavia qui vole vers Athènes, Séville et Lisbonne, et KLM qui dessert Amsterdam. 

 

2 - Respirer le grand air sur les côtes françaises

Depuis Brest ou l’on explore les anciens Ateliers des Capucins dédiés jadis à la construction navale et reconvertis en lieu culturel consacré à la mer, on rejoint la Route des Phares qui relie une vingtaine de sentinelles de pierres. Depuis Caen, on file vers les stations balnéaires de la Côte Fleurie : le croquignolet port d’Honfleur ou les chics villas de Deauville. On profite aussi d’un passage dans la région pour visiter le Mémorial de Caen dédié à la Seconde Guerre Mondiale avant de découvrir les plages du débarquement, dont l’émouvante Omaha Beach.

A Nantes, les friches industrielles accueillent désormais des cafés, restaurants et les fameuses « Machines » dont le Grand Eléphant est la vedette, un beau bébé mécanique en bois de 45 tonnes. De la ville, on rejoint Saint-Nazaire pour approcher les paquebots construits aux Chantiers de l’Atlantique, ou la longue plage de La Baule. A Rennes, on admire la plus forte concentration de maisons à pans de bois du Grand Ouest avent de filer sur la Côte d’Emeraude : village de Cancale pour déguster des huîtres, fortifications de Saint-Malo pour se rêver en flibustier, villas de Dinard pour renouer avec la Belle Epoque… 

Comment on y va ? Avec Volotea qui vole vers Brest, Nantes et Caen, et avec Transavia qui relie Montpellier à Brest, Nantes et Rennes.    

 

 

3 – Goûter à la chaleur des gens du Nord

Si le soleil n’est pas toujours de la partie dans le Nord, on peut toujours compter sur la chaleur des habitants et sur une cuisine forte en saveurs pour réchauffer les cœurs et les papilles. A Lille, les estaminets du vieux centre réconfortent après la découverte des façades à maisons de briques qui s’enroulent autour de la Grand Place, à coup de demis de bières et de carbonnade flamande, un copieux plat à base de bœuf.  

A Strasbourg, on préfère les maisons à colombages. On les admire dans le pittoresque quartier de la Petite France avant de s’engouffrer dans un winstub où l’on sert choucroute et flammekueche, cette tarte flambée qui remplit les estomacs ! Et même si les vendanges sont terminées, les villages qui jalonnent la route des vins d’Alsace valent le détour. Plus loin, Mulhouse multiplie les clins d’œil à sa rivale suisse Bâle, plantée de l’autre côté de la frontière. C’est l’occasion de combiner la découverte des riches musées de la cité alsacienne (du train, de l’automobile…) avec les bâtiments médiévaux qui font le charme de la ville helvétique.  

Luxembourg aime également surprendre. La capitale du Grand-Duché n’est pas qu’une délicieuse cité historique au riche patrimoine. Elle aime aussi titiller les papilles : dans « l’îlot gastronomique » qui concentre les meilleures adresses de la ville, et dans les collines du sud-est du petit pays, par exemple dans le village de Machtum où s’épanouissent des vins délicats. Santé !       

Comment on y va ?  Avec Volotea qui vole vers Lille et Strasbourg, easyJet qui relie Montpellier à Bâle/Mulhouse, et Luxair qui atterrit à Luxembourg. 

 

4 – Prendre le large sur une île

Rien de mieux qu’une île pour changer d’air. En Méditerranée, le soleil rasant de l’automne colore les villages et réchauffe encore les eaux, pour une dernière baignade avant l’hiver. En Corse, Ajaccio joue la carte du bicentenaire de la mort de Napoléon, avec plusieurs expositions et événements. A Bastia, un nouveau cheminement piéton baptisé l’Aldilonda a été aménagé au pied de la citadelle, pour une balade suspendue au-dessus des flots. 

En Sicile, le plus haut volcan d’Europe (3357 m) alterne éruptions et périodes d’accalmie depuis le mois de septembre. Spectacle garanti ! La route qui mène au cratère de l'Etna s’enroule autour de montagnes luxuriantes, traverse des villages en pierres de lave, jusqu’au refuge de Sapienza à 1900 mètres, dans un décor d’éboulis. Des excursions en 4X4 conduisent ensuite au-delà de 3000 m, dans les odeurs de souffre et les fumerolles. Mais rassurez-vous : au moindre signe d’activité, l’accès au volcan est fermé !

Moins tourmentée, la Crète est tout aussi fascinante. Nature puissante qui alterne baies sauvages et hautes montagnes, légendes fascinantes comme celle du Minotaure, art de vivre empreint de philosophie symbolisé par le fameux régime crétois : l’île grecque incarne la quintessence d’une Grèce chérie, tout à la fois cultivée et rustique, farouche et généreuse…  

Comment on y va ? avec Volotea qui vole vers Ajaccio, et avec Transavia qui dessert Ajaccio, Bastia, Palerme et Héraklion.  

 

5 – Trouver le soleil sur l’autre rive de la Méditerranée

Au Maroc, le soleil est encore vaillant durant les vacances de Toussaint. Au nord-est du pays, Oujda et Nador séduisent les amateurs de bains de mer dans la Méditerranée et les contemplatifs à la recherche d’un Maroc authentique. Dans les terres, les cités impériales de Marrakech et Fès éblouissent avec leurs souks millénaires. Un plongeon dans la piscine d’un hôtel caché dans une palmeraie, un thé à la menthe dégusté à la terrasse d’un riad… le tempo est parfait. Plus à l’ouest, Casablanca a réussi l’alchimie entre orient et occident. De son cœur vibrant aux chics terrasses de la corniche qui surplombent l’Atlantique, on ne s’ennuie jamais. 

La Tunisie n’a pas à rougir. Ici aussi, on prend le temps de vivre : sur les plages de Djerba dont les eaux cristallines invitent à la baignade avant une excursion dans les terres pour déguster les saveurs locales. Plus au nord, la capitale Tunis ouvre en grand les portes de son quartier colonial et de sa blanche médina. Mais la mer n’est jamais loin : dans le coloré village de Sidi Bou Saïd ou dans la station balnéaire de Gamarth.      

Plus secrète, l’Algérie aime se faire désirer. On s’extasie devant les beautés mêlées d’Alger : la Basilique Notre-Dame-d’Afrique fait écho à la mosquée Ketchaoua, les grandes artères bordées de chics immeubles aux ruelles de la casbah. Oran aussi à ses chefs-d’œuvre : une cathédrale de style romano-byzantin et des mosquées, un Fort Santa Cruz hérité des Espagnols et une Corniche inspirée de Nice ! Et lorsque le brouhaha de la ville épuise, les plages ne sont jamais loin…

Comment on y va ? Avec Transavia qui relie Montpellier à Marrakech, Oujda, Tunis, Djerba, Alger et Oran, Air Arabia qui se pose à Casablanca, Fès et Nador, Royal Air Maroc qui dessert Casablanca et Fès et Air Algérie qui vole vers Alger et Oran.  

 

Partager sur

  • Facebook

Réservez votre voyage au départ de montpellier

Réservez votre vol au départ de MONTPELLIER.