Infos vols & services

Consulter le programme de vols et services  En savoir plus

Jeu easyJet

Tentez de gagner 2 billets d'avion pour Paris Orly  En savoir plus

  • MenuMenu
  • RechercheRechercheRechercher
    Fermer
  • Se connecterSe connecterSe connecter

Redécouvrez la France

Pas besoin de filer au bout du monde pour en prendre plein la vue. Des plages de Normandie aux vignobles d’Alsace, il y a mille façons de se dépayser dans l’Hexagone, en décollant de Montpellier.

 

Cet été encore, crise sanitaire oblige, les vacances seront essentiellement franco-françaises. Les compagnies aériennes étoffent leurs offres au départ de l’aéroport de Montpellier-Méditerranée, avec 12 destinations dans l’Hexagone (dont 4 en Corse). Villes ou sites naturels, balades au grand air et trésors culturels… voilà l’occasion de se dépayser, sans franchir les frontières !

 

Paris, une farandole de nouveaux musées

Sans touristes étrangers, ou très peu, Paris promet de se la couler douce cet été. Profitez-en pour visiter ses plus beaux musées, sans la foule ! Cette année, les nouveautés sont nombreuses. A deux pas du Forum des Halles, le cœur de la capitale se réinvente. Dans l’ex Bourse de Commerce, le milliardaire François Pinault vient d’inaugurer sa fondation dédiée à l’art contemporain. L’architecte japonais Tadoa Ando a redonné de l’éclat à la rotonde coiffée d’une verrière et ajouté un anneau de béton à l’intérieur, pour mieux mettre en valeur les œuvres fantasques. Quelques dizaines de mètres plus loin, c’est autre joyau parisien qui s’apprête à briller, cette fois ci sous la houlette de Bernard Arnault, le propriétaire de LVMH. Après dix ans de travaux, la Samaritaine rouvre ses portes en grand. Les marques de luxe s’exposent sous la nef des bâtiments de style art nouveau et art déco, magnifiées par les mosaïques et les fresques florales. Côté Seine, l’ensemble accueille un hôtel de luxe ; côté rue de Rivoli, il est affublé d’un immeuble aux lignes ondulées et futuristes. Dans le quartier du Marais, un autre lieu chargé d’histoire reprend vie. L’hôtel particulier de style Renaissance de la Marquise de Sévigné rouvre ses portes après un toilettage complet. Il abrite les 3800 œuvres de musée Carnavalet, qui raconte l’histoire de Paris. Enfin, on peut filer sur la majestueuse Place de la Concorde pour admirer l’Hôtel de la Marine entièrement rénové. Ses salons d’apparat, remeublés comme au XVIIIème siècle, ne laissent pas de marbre. 

Comment on va à Paris ? Avec Air France qui vole vers Roissy et Orly toute l’année, et easyJet qui relie Montpellier à Orly du 2 juillet au 5 septembre. www.airfrance.fr et www.easyjet.com 

 

Cap à l’ouest pour prendre l’air

Envie d’embruns marins, de falaises rocheuses et de collines ondulantes ? Cet été, la Bretagne et la Normandie n’ont jamais été aussi proches, avec des vols directs pour Nantes, Rennes, Brest et Caen. Les deux premières peuvent s’enorgueillir d’un patrimoine architectural unique et préservé, qui mêle maisons à colombages héritées du Moyen-Age et bâtiments néo-classiques du XIXème siècle aux lignes majestueuses. Toutes deux réputées pour leur art de vivre et leur offre culturelle variée, elles sont aussi des villes étudiantes, joyeuses et festives. En partie détruites par les bombardements de la seconde guerre mondiale, Caen et Brest n’ont pas à rougir. Les drames du passé les ont obligées à innover pour se reconstruire, en osant toutes les audaces, pour des balades urbaines assurément différentes. Ainsi les anciens Ateliers des Capucins brestois dédiés à la construction navale ont été récemment reconvertis en lieu trendy. Cet été, le site accueille le nouveau 70.8, la Galerie des Innovations Maritimes, un espace immersif consacré aux océans.  Si ces villes affichent des personnalités bien trempées, elles partagent un point commun : la nature y est omniprésente et la mer jamais loin, idéal pour combiner découverte culturelle et bain rafraîchissant. Depuis Rennes, on rejoint Saint-Malo en longeant le canal ; depuis Nantes, on explore la ville fortifiée de Guérande ou la chic station balnéaire de La Baule ; depuis Caen, on découvre les belles de Normandie : Cabourg, Deauville ou Honfleur ; et depuis Brest, on part à l’assaut des impressionnantes sentinelles de pierres de la Route des Phares… 

Comment on va en Bretagne et en Normandie ?  Avec Transavia qui vole vers Nantes, Brest et Rennes, et avec Volotea qui relie Montpellier à Nantes, Brest et Caen. www.transavia.com et www.volotea.com 

 

Nord-est, en mode « capitales »

En 2020, Lille était « capitale mondiale du design », la consécration de 20 ans de transformations profondes… Si la crise sanitaire a mis entre parenthèse l’événement, la ville entend reprendre l’avantage cette année. Ici, l’art flamand jaillit à chaque coin de rue. On explore le chaleureux cœur autour de la Grand Place, à pied ou en vélo, avec pour point d’orgue le beffroi qui toise les toits. Mais il faut aller plus loin pour découvrir l’audace et le dynamisme des gens du Nord. Partout, la culture alternative investit les anciens bâtiments historiques ou industriels. La Piscine de Roubaix aux riches décors art-déco a été transformée en musée d’Art et d’Industrie. On peut aussi filer jusqu’à Tourcoing pour se dépayser sur le rooftop de La Chaufferie, une ancienne usine textile ; ou rejoindre la Villa Cavrois (à Croix), lieu emblématique de l’art-déco qui a retrouvé ses couleurs après une minutieuse rénovation. 

Plus à l’est, les métropoles sont aussi dans les starting-blocks. Metz est facilement accessible, grâce au vol Luxair qui relie Montpellier à Luxembourg, à seulement une heure de route de la ville française. A la visite du cœur historique qui vibre cet été au rythme du Festival international d’arts numériques/Constellations (parcours nocturne), on ajoute la découverte des collections du Centre Pompidou-Metz. Strasbourg est tout aussi étincelante. La balade à la découverte du pittoresque quartier de la Petite France et l’ascension au sommet de la cathédrale Notre-Dame sont deux passages obligés. Depuis l’unique clocher, on devine le Conseil de l’Europe et le Parlement européen et plus loin encore, les premières vignes. La route des vins d’Alsace permet d’oublier la pandémie entre amis, autour d’un verre de riesling. Elle traverse quelques-uns des plus beaux villages d’Alsace, Ribeauvillé ou Kaysersberg. De maisons médiévales en winstubs (auberges), on en prend plein la vue et on déguste, toujours avec modération ! Au bout de la route, Mulhouse vous ouvre les bras. Celle qui qui fut surnommée le « Manchester français » témoigne des riches heures industrielles du XIXème siècle, à travers plusieurs musées exceptionnels. Entre la Cité de l’Automobile (500 véhicules), la Cité du Train (le plus grand musée ferroviaire d’Europe) et l’Ecomusée d’Alsace (72 habitations traditionnelles), petits et grands sont aux anges.  

Comment on va dans le Nord-Est ? Avec Transavia qui relie Montpellier à Lille, Luxair qui vole vers Luxembourg, Volotea qui décolle pour Lille et Strasbourg et easyJet qui atterrit à Bâle/Mulhouse. www.transavia.com, www.luxair.lu/fr, www.volotea.com et www.easyjet.com 

 

Corse, la tentation d’une île 

La Corse est vaste, 183 kilomètres de long. Et les routes, souvent étroites et sinueuses, ne facilitent pas les déplacements. Heureusement, cet été, les compagnies aériennes ont mis les bouchées doubles en desservant les quatre aéroports de l’île de Beauté. Voilà qui devrait permettre de limiter les fastidieux transferts. Reste à faire le bon choix ! Bastia la Baroque, sur la côte orientale, ou Ajaccio la Napoléonienne, qui regarde vers l’ouest ? La grise forteresse de Calviet le Cap Corse tout au nord, ou les blanches falaises de Bonifacio, à l’extrémité sud ? Les amateurs de farniente jettent leur dévolu sur la région de Porto-Vecchio, à découvrir en se posant à Figari. Ses plages de sable blanc baignées par des eaux cristallines - Palombaggia, Rondinara ou Santa Giulia - figurent parmi les plus belles du monde. A juste titre ! Les adeptes de la randonnée et des paysages préservés préfèrent explorer les calanques de Piana et la réserve marine de Scandola

Mais au nord comme au sud, la montagne n’est jamais loin. Depuis Calvi, on explore les villages perchés de La Balagne, les plus beaux de France affirment les Corses. En parcourant les venelles de Sant’Antonino bordées de robustes maisons de pierre, en rencontrant les artisans qui redonnent vie à Pigna, on se dit qu’ils ont raison… A une vingtaine de kilomètres de Porto-Vecchio, la région de l’Alta Rocca (« hautes roches ») porte bien son nom avec, pour horizon, les aiguilles déchiquetées de Bavella. Et partout, des sentiers qui filent vers les cimes. Un sac sur le dos, on pénètre au coeur de fraîches forêts de pins, de chênes verts et de châtaigniers centenaires, à la découverte de torrents gazouillants, de cascades aux eaux fraîches et de lacs solitaires. C’est assurément ici, au cœur de ces montagnes, que la Corse révèle sa véritable âme, rustique mais tellement attachante.   

Comment on va en Corse ? Avec Transavia, qui dessert les quatre aéroports corses (Calvi, Bastia, Ajaccio et Figari) durant tout l’été, et avec Volotea qui se pose à Bastia, Ajaccio et Figari. www.transavia.com et www.volotea.com   

 

Partager sur

  • Facebook

Réservez votre voyage au départ de montpellier

Réservez votre vol au départ de MONTPELLIER.