Infos vols & services COVID

Consulter le programme de vols et services COVID  En savoir plus

Jeu Transavia France

Tentez de gagner 2 billets d'avion pour Rennes avec Transavia France au départ de Montpellier  En savoir plus

  • MenuMenu
  • RechercheRechercheRechercher
    Fermer
  • Se connecterSe connecterSe connecter

Un air de culture dans les villes de l’Ouest !

Les grandes villes de l’Ouest ne manquent pas de ressorts pour attirer les visiteurs toute l’année. Focus sur les événements à ne pas manquer dans les prochains mois, à combiner avec de longues balades sur les plages de la Manche ou de l’Atlantique.

Nantes fait tourner les têtes

Avec Le Voyage à Nantes, celle que l’on surnommait la Belle Cité au Bois Dormant s’est réveillée. Depuis plusieurs années, ce « monument dispersé » regroupe une cinquantaine d’œuvres contemporaines et des éléments remarquables du patrimoine disséminés partout dans la ville. Pour ne rien rater du spectacle, il suffit de suivre la ligne verte tracée au sol ! Le château des Ducs de Bretagne est l’une des étapes obligées. Derrière d’épaisses murailles, la résidence ducale abrite le Musée d’Histoire. Il accueille la bouleversante exposition « L’Abîme » (jusqu’au 19 juin) qui évoque le passé esclavagiste de Nantes. Flanqué d’une aile moderne depuis 2017, le Musée d’Arts hébergé dans un majestueux bâtiment du XIXème siècle vaut également le détour ; pour ses riches collections et pour admirer les costumes de l’exposition « A la mode, l’art de paraître au XVIIIème siècle » qui font écho à des tableaux emblématiques (jusqu’au 6 mars). 
Cette déambulation artistique prend des chemins de traverse sur l’Ile de Nantes, au milieu de la Loire. Ses friches industrielles sont devenues un concentrateur d’énergies créatives. Les hangars où l’on construisait les bateaux accueillent désormais des cafés, restaurants et lieux d’exposition. Avec pour point d’orgue les fameuses « Machines », un bestiaire fantasmagorique né de l’imagination de poètes bricoleurs dont le Grand Eléphant en bois de 12 mètres est la vedette. C’est ici que le Frac des Pays de la Loire vient d’inaugurer un site dédié à l’art contemporain qui fait écho à la Hab Galerie, autre lieu artistique qui accueille l’exposition « Bertrand Dezoteux, mémoires d’un touriste » (dessins, peintures, sculptures…) du 18 février au 14 avril. C’est certain : Nantes n’a pas fini de faire tourner les têtes ! 

Comment on y va ? Avec Volotea qui propose jusqu’à deux vols par jour, et avec Transavia qui relie Montpellier à Nantes quatre fois par semaine

 

Rennes ne manque pas de sel

Cette année encore, le cinéma est à l’honneur à Rennes avec le festival Travelling (1er au 8 février), rendez-vous incontournable des amateurs du 7ème art. Il témoigne de la vigueur culturelle de la capitale bretonne. En attendant les grands rendez-vous artistiques avec le festival Mythos (concerts, théâtre…) dans le parc Thabor du 1er au 10 avril et les Tombées de la nuit (arts de la rue) durant l’été, d’autres événements insolites valent le déplacement. Les amateurs de deux roues ne manqueront pas Rock’n Solex (5 au 8 mai), la plus grosse concentration européenne de Solex accompagnée de concerts. Les chineurs feront le déplacement sur les bords de la Vilaine le dernier mercredi de juin pour la braderie, la plus importante de France après celle de Lille. 400 000 visiteurs s’y précipitent chaque année pour dénicher la perle rare. Affaire conclue ! 
D’ici là, Rennes promet d’autres belles surprises. Entre deux balades à la découverte des maisons à pans de bois, des façades décorées par le mosaïste Isidore Odorico, des édifices contemporains comme Cap Mail dessiné par Jean Nouvel et des fresques de street-art (notamment celles de War, surnommé le Banksy rennais), on pousse les portes des musées. A chacun ses goûts : le Musée des Beaux-Arts qui propose de découvrir les Arts de l’Islam (jusqu’au 27 mars) ; l’histoire de la Bretagne dans le musée du même nom aménagé dans le centre culturel les Champs Libres signé Christian de Portzamparc. On y découvre notamment l’affaire Dreyfus à travers une collection de 6800 pièces (lettres, affiches, dessins, revues…) ; ou les 5000 œuvres modernes du Fond régional d’art contemporain de Bretagne (Frac), dans un audacieux bâtiment de l’architecte Odile Decq. Les amateurs ne manqueront pas de faire également un détour par le Centre d’art contemporain La Criée aménagé dans le bâtiment historique des Halles. 

Comment on y va ? Avec Transavia, qui propose deux vols par semaine pour Rennes, à compter du 04 février

 

Caen sur tous les fronts 

Impossible lorsque l’on visite Caen de faire l’impasse sur son Mémorial. Aménagé aux portes de la ville, il témoigne des horreurs de la seconde guerre mondiale, de la montée du nazisme à la Bataille de Normandie en 1944, à coups d’objets et témoignages poignants. Cet hiver, le Mémorial voit plus loin en accueillant l’exposition « Le monde du 11 septembre » (jusqu’au 31 mars) qui rappelle à quel point notre monde demeure marqué par les tragiques attentats de New York d’il y a vingt ans. C’est également une réflexion sur le monde que propose le dessinateur belge Philippe Geluck. Les vingt sculptures monumentales de bronze de son célèbre Chat, mis en scène dans des situations cocasses et décalées, envahissent Caen jusqu’au 11 février.        
Forte de ses 30 000 étudiants, la cité normande n’est pas la dernière quand il s’agit de faire la fête. Le Carnaval Etudiant est annoncé pour le 7 avril. Considéré comme le plus grand rassemblement festif étudiant d’Europe (25 000 participants en 2019), il promet défilés costumés et animations joyeuses. C’est aussi une parenthèse colorée que propose l’exposition « Nous irons tous au paradis », à la Frac Normandie (jusqu’au 6 mars). A moins de préférer la découverte de l’artiste local Stéphane Quoniam. Ses œuvres exposées jusqu’au 20 février au Musée des Beaux-Arts (dans l’enceinte du château de Guillaume Le Conquérant) font écho aux tableaux de l’école de Barbizon, points forts de la collection permanente. Enfin, parce que la Manche est toute proche, faîtes un détour par Ouistreham pour l’exposition « Bateaux de Normandie » (jusqu’au 12 février), par Houlgate pour le festival des cerfs-volants (en juin) ou par Deauville pour admirer le nouveau centre culturel Les Franciscaines aménagé dans un ancien couvent. 

Comment on y va ? Avec Volotea qui relie Montpellier à Caen deux fois par semaine 

 

Brest, l’appel de l’océan

C’est porté par les embruns que l’on explore Brest. Ici, tout rappelle l’Atlantique, en particulier dans les Ateliers des Capucins. D’abord couvent puis caserne et enfin ateliers de réparation de la marine nationale jusqu’en 2004, le site est devenu le lieu de tous les possibles. Dans les trois nefs monumentales, les urbanistes ont aménagé la plus grande place publique couverte d’Europe, une médiathèque, un parc d’aventures en réalité virtuelle pour prendre le large sans bouger, des restaurants et lieux culturels. L’été dernier, l’aquarium Océanopolis y a inauguré un espace baptisé 70.8 by Océanopolis, pour rappeler que les océans couvrent 70,8% de la planète. Ludique et interactif, ce lieu scientifique permet de mieux appréhender les défis du futur, des énergies marines renouvelables à l’exploration des grands fonds. Passionnant ! La visite peut se combiner avec la découverte des poissons d’Océanopolis et le Musée National de la Marine abrité dans l’imposant château-fort. Dès juin, il accueillera une exposition consacrée aux 250 ans de la découverte des îles de Kerguelen et de Crozet. 
Sur terre aussi, Brest décoiffe. Construit dans le style fonctionnel typique de l’après-guerre, le Musée des Beaux-Arts abrite une importante collection de peintures et sculptures. Les gourmands préféreront le Musée de la Fraise et du Patrimoine de la ville voisine de Plougastel. Couleurs et gourmandises sont également au menu du Centre d’Art Contemporain Passerelle installé dans un ancien bâtiment industriel. Les amateurs de grand air pourront y ajouter la découverte du Conservatoire Botanique National, avant de défier la vingtaine de sentinelles de pierres qui jalonnent la route des phares… Enfin, du 10 au 14 juillet, des centaines de bateaux prendront la mer pour célébrer les 30 ans des Fêtes Maritimes. Bon vent !

Comment on y va ? Avec Transavia, qui relie Montpellier à Brest deux fois par semaine, à compter du 04 février

Partager sur

  • Facebook

Réservez votre voyage au départ de montpellier

Réservez votre vol au départ de MONTPELLIER.