• MenuMenu
  • RechercheRechercheRechercher
    Fermer
  • Se connecterSe connecterSe connecter

Découvrir Istanbul en huit étapes

Avec ses mosquées spectaculaires et riches palais, Istanbul est le symbole des rêves d’Orient. Mais elle est également une métropole vibrante qui ne cesse de se réinventer. Découvrir Istanbul au départ de Montpellier c'est avec Transavia !

Découvrir Istanbul : I comme Istiklal

Avis aux amateurs de shopping ! Istiklal Cadessi (la rue de l’indépendance) n’a rien à envier à nos Champs-Elysées. Située dans la partie européenne de la ville, dans le quartier moderne de Beyoglu auquel on accède par le pont de Galata, l’avenue piétonne est bordée de jolis immeubles baroques ou néo-classiques. Jour et nuit, les Stambouliotes s’y bousculent, laissant passer de temps à autre un vieux tramway qui peine à trouver sa voie tant la foule est dense. Les shopping-addicts n’auront d’yeux que pour les boutiques de créateurs et les enseignes internationales. On peut préférer se perdre dans les passages couverts qui, à l’image de ceux des Grands Boulevards parisiens, s’épanouissent de part et d’autre. Ils abritent boutiques de bijoux fantaisie et de déco. 

 

S comme Sultanhamet

Avec ses ruelles pavées et ses maisons en bois transformées en boutiques et restaurants, le quartier de Sultanhamet est le cœur historique d’Istanbul, là où se lovent les plus beaux édifices de la ville, notamment de sublimes mosquées qui se visitent. Celle de Soliman est une ville dans la ville, avec son hôpital, ses écoles, sa bibliothèque. Mais rien n’égale la beauté de la Mosquée Bleue aux six minarets, tapissée de millions de carreaux de faïence d’Iznik et éclairée par des centaines de photophores. Pas de quoi faire rougir Sainte-Sophie. Avec ses murs roses, sa vaste coupole et ses mosaïques, la basilique chrétienne aime surprendre. Mosquée au XVème siècle, elle s’est faite musée en 1935 avant de redevenir un lieu de culte musulman il y a une poignée d’années.   

 

T comme Topkapi

La simple évocation de son nom fait briller les yeux. Ancienne résidence des sultans à l’époque ottomane, le palais de Topkapi (situé dans le quartier de Sultanhamet) a été transformé en musée. Il faut montrer patte blanche pour pénétrer dans ce palais des mille et une nuits gardé par deux tours de pierres, telles deux énormes vigiles. Il est vrai que l’entrelacs de dizaines de cours, jardins et mausolées abritent des trésors à la valeur inestimable ! Aux épouses et concubines du harem ont succédé d’autres bijoux éternels : des pierres précieuses, des collections de porcelaines ou des manuscrits aux riches enluminures. Et parmi ces trésors, le Kasikçi, un diamant de 86 carats gros comme un abricot.

 

A comme Asie

Reliant la mer Noire à la mer de Marmara, le Bosphore qui coupe Istanbul en deux est aussi la frontière entre l’Europe et l’Asie. Des bateaux de croisière offrent des points de vue inédits sur la ville, ses mosquées et ses palais. On peut aussi se mêler à la foule laborieuse en empruntant l’un des ferries qui relient les deux rives du détroit, et mettre un pied en Asie ! Par exemple dans le quartier de Kadikoÿ aux bucoliques ruelles pavées qu’escaladent un vieux tramway rouge. Boutiques d’antiquités, bouquinistes et cafés typiques se partagent les trottoirs, jusqu’au marché aux puces de Sali Pazari… Toujours sur la rive asiatique, Bagdat Caddesi est une longue avenue bordée de boutiques élégantes, de restaurants et de bars … Un autre visage d’Istanbul, où les touristes cèdent le pas à la vie locale.

Découvrir Istanbul : N comme Nocturne

Avec quinze millions d’habitants, Istanbul est une mégapole grouillante et la vie nocturne y est intense, digne des plus grandes capitales européennes. Pour faire la fête jusqu’à plus soif, on vous conseille d’aller faire un tour à Karaköy.Autrefois appelé Galata, longeant le port, le quartier aux ruelles pentues est « le » nouvel épicentre branché de la ville. Hôtels, restaurants et bars y poussent comme des champignons. On peut aussi filer à Ortaköy, autrefois tranquille village bordant le Bosphore, avalé par la ville et devenu un quartier branché. Restaurants, bars trendy et clubs à ciel ouvert font la magie des nuits estivales d’Istanbul. Durant l’été, on fait la fête sur leurs terrasses en teck bordant le Bosphore, comme à Reina, une des plus chaudes adresses d’Istanbul…  

 

B comme Bazar

Dans le quartier de Sultanhamet, le bien-nommé Grand Bazar est l’un des plus vastes du monde : 58 rues couvertes, 4000 boutiques réparties par métiers et une ambiance incomparable. On y trouve de tout, de la petite bricole touristique fabriquée en Chine aux antiquités, des contrefaçons de mauvais goût aux tapis et bijoux. A vous de dénicher, au milieu des milliers de contrefaçons et vêtements bon marché, les vrais antiquaires et les orfèvres de génie ! Bordant le Grand Bazar, le Bazar Egyptien renoue avec les charmes de l’Orient : paniers débordant de poudres colorées, odeurs de menthe se mêlant aux effluves de cumin, fruits secs partageant les étals avec des loukoums, pour un souvenir riche en calories !

 

U comme Usine

Posée le long de la Corne d’or, cet estuaire qui pénètre le cœur d’Istanbul, une ancienne usine électrique rebaptisée Santral Istanbul a été transformée en un musée d’art contemporain. Le lieu témoigne du dynamisme de la ville, qui ne cesse de se réinventer. Les amateurs pourront rejoindre les docks de Karaköy, où un ancien entrepôt naval abrite le premier musée d’art moderne de Turquie. Un café-restaurant design, dont la terrasse s’ouvre sur le Bosphore, ajoute à l’attrait du lieu. Autre adresse méritant un détour : Istanbul Deniz Müzesi. A proximité de la station de ferries de Besiktas, ce vaste musée maritime qui retrace la foisonnante histoire navale turque a bénéficié d’une récente rénovation.

 

L comme Loukoum

Aux noisettes ou à la rose, le loukoum est un des symboles de la cuisine turque. On l’achète partout, et notamment dans le Bazar Egyptien. Par-delà la célèbre sucrerie, il faut goûter les spécialités locales aux saveurs mêlées. Est-ce l’exotisme d’Istanbul qui le rend plus goûteux ? En tout cas, le kebab est le compagnon incontournable d’un séjour dans la ville. Tout comme les mezze (par exemple les feuilletés à la viande ou au fromage et les dolma, des feuilles de vigne farcies au riz), qui se partagent entre amis. Parmi les milliers de restaurants, on vous conseille Pandeli, installé à l’étage du Bazar Egyptien. Ses salles voûtées décorées de céramiques bleues plongent le voyageur dans une ambiance surannée et les spécialités turques y sont excellentes.  

 

 

Vous voulez réservez vos billets d'avion pour Istanbul au départ de Montpellier ? Transavia vous y amène dès le 5 avril, avec deux vols par semaine (lundi et vendredi).   

 

Partager sur

  • Facebook

Réservez votre voyage au départ de montpellier

Réservez votre vol au départ de MONTPELLIER.