• MenuMenu
  • RechercheRechercheRechercher
    Fermer
  • Se connecterSe connecterSe connecter

De Fès à Meknès, une escapade à la découverte du Maroc impérial

Reliée par Air Arabia à l’aéroport de Montpellier, la cité de Fès est le point de chute idéal pour découvrir les villes impériales et sites archéologiques du Maroc.

Jour 1 – Voyage dans le temps à Fès

La plus ancienne médina du Maroc est un envoûtant labyrinthe qui cache de somptueux trésors.

 

De l’aéroport à Fès, il n’y a qu’une quinzaine de kilomètres. Pourtant, passer de l’un à l’autre en empruntant le bus n°16 ou un taxi, c’est remonter le temps ! Par-delà l’une des portes qui trouent ses remparts, la médina édifiée au IXème siècle (et inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco) subjugue. Avec son millier de palais cachés derrière les moucharabiehs, ses riads transformés en maisons d’hôtes, ses mosquées aux minarets ciselés, son palais et sa bibliothèque, la plus ancienne ville impériale du royaume est assurément un musée à ciel ouvert. Mais la destination est surtout une ville grouillante de vie. Dans le labyrinthe de 9500 ruelles, l’animation est permanente : des jeunes Fasis (le nom des habitants) tractent des charrettes gorgées de fruits ; des vieillards assis sur les bancs de placettes parfumées d’orangers regardent le temps qui passe ; des marchands à la gouaille rieuse hèlent les passants. Fès est aussi la cité des artisans. Ferronniers, potiers ou céramistes, ils sont plus de 30 000 à y exercer leurs talents. Pour apprécier le spectacle, on peut se laisser guider par son instinct, ou marcher dans les pas d’un guide qui, pour quelques dirhams, vous mènera d’un souk à l’autre.

La bonne idée – tous les chemins de la médina mènent au souk des tanneurs. Dans des bassins aux eaux multicolores, les peaux sont tannées comme il y a mille ans. On les découvre avec une feuille de menthe sous le nez, pour supporter la mauvaise odeur… 

 

 

Jour 2 - Balades épicuriennes, de Fès a Ifrane

Entre initiation à la cuisine et balade sous les cèdres, le Maroc est une terre de sens. 

 

Si l’artisanat marocain est réputé dans le monde entier, la cuisine du pays n’a rien à lui envier. Et Fès est l’un de ses berceaux. Couscous et pastilla, tajine et cornes de gazelle… Que l’on soit sucré ou salé, les tentations sont nombreuses. Et si vous en profitiez pour mettre la main à la pâte ? Dans l’école de cuisine de Fès installée dans le Palais Amani, pas besoin d’être expert pour apprendre les meilleures spécialités. Tout commence par un plongeon dans le souk en compagnie du chef pour choisir les meilleurs ingrédients, avant de les mettre en musique lors d’un atelier. Le repas ainsi confectionné se déguste ensuite dans les jardins du palais ! Pour prendre l’air, on peut également sortir de la ville. C’est l’occasion de découvrir la médina, bâtie dans une cuvette, sous un nouvel angle, avant de prendre de l’altitude. A 65 kilomètres de Fès, la petite ville d’Ifrane culmine à 1650 m, dans le massif du Moyen-Atlas. Les sources et les lacs abondent dans cette région verdoyante, et les chalets évoquent étonnamment la Suisse. Voilà l’occasion de recharger les batteries, avec une vivifiante randonnée au milieu des forêts de cèdres…

La bonne idée : Le Palais Amani propose également des initiations à la calligraphie ou au henné, organise des dégustations de vins et des cours de yoga. Il abrite aussi un hôtel de charme et un Hammam traditionnel pour se faire papouiller. 

 

 

Jour 3 – Si Meknès m’était contée

La cité aux riches édifices doit son prestige à Moulay Ismaïl, contemporain de Louis XIV.  

 

De Fès à Meknès, il y a 70 kilomètres… et une grosse demi-heure de train. Idéal pour une escapade ! Elle aussi classée au patrimoine de l’Unesco, la ville doit sa renommée à Moulay Ismaïl (contemporain de Louis XIV) qui en fit sa capitale. Durant les 55 ans de son règne, il n’eut de cesse de bâtir palais et jardins. La première vision que l’on a de la cité, ce sont ses remparts gigantesques (45 kilomètres de long) percés de portes monumentales et richement décorées. Car le sultan était également un chef de guerre et les obligations militaires décidèrent des infrastructures. Meknès recèle bien d’autres trésors pour les passionnés d’histoire. On explore les souks de la médina d’où émergent la Grande Mosquée et le musée de Meknès dédié aux arts et traditions populaires, avant de reprendre des forces dans un café de la place El-Hedim. Puis on plonge dans la ville impériale, du palais Al-Mansour au mausolée de Moulay Ismaïl.  A proximité s’étendent le bassin de l’Agdal et les greniers voûtés de Hri Souani, qui permettaient à Meknès de pouvoir supporter un siège de plusieurs mois. Et plus loin, les ruines des écuries qui pouvaient accueillir 12 000 purs-sangs !

La bonne idée : calez votre voyage sur les dates des grandes fêtes locales. Le Festival de musiques sacrées du monde de Fès se déroule cette année du 24 mai au 1er juin. La date du Mouloud de Meknès (nombreuses fantasias/spectacles équestres), qui commémore la naissance de Mahomet, varie selon le calendrier lunaire (16 septembre, en 2024).  

 

 

Jour 4 – Retour à l’époque romaine

Le site archéologique de Volubilis est un témoignage précieux de la présence romaine.   

 

Visiter le Maroc, c’est également remonter le temps jusqu’au début de notre ère. Habitués aux monuments romains, les Occitans ne manqueront pas de faire un détour par l’ancienne cité de Volubilis (classée à l’Unesco), du nom d’une jolie fleur mauve à quatre pétales. A 30 kilomètres au nord de Meknès, construite sur une colline au milieu d’une plaine fertile, elle constitue une halte passionnante pour les férus d’archéologie. Sous le chaud soleil du Maroc, les ruines des monuments romains égarées au milieu des herbes folles ne laissent pas de marbre : quelques colonnes indiquent l’ancien forum ; l’arc de triomphe qui domine la voie principale Decumanus Maximus est, lui, en bien meilleur état. De part et d’autre, les murs, fresques et mosaïques des anciennes villas témoignent de l’opulence passée. La maison d’Orphée et la maison aux Travaux d’Hercule sont un passage obligé ; tout comme la maison de Vénus, la plus belle pour ses riches mosaïques et ses bustes en bronze. Quelques-unes des pièces retrouvées ici sont exposées dans le musée du site, bâtiment moderne en béton qui permet de mieux comprendre la richesse de Volubilis. 

La bonne idée : aux portes de Volubilis, faîtes un détour par la petite ville de Moulay-Idriss à l’adorable médina. Les Marocains viennent se recueillir dans le mausolée de Moulay Idriss, arrière-petit-fils de Mahomet et fondateur des Idrissides, la première dynastie musulmane du Maroc.   

 

 

Réserver un vol pas cher pour Fès : Air Arabia relie Montpellier à Fès toute l’année, avec jusqu’à 6 vols par semaine au plus fort de l’été pour démultiplier les possibilités : week-end court ou prolongé, séjours d’une ou deux semaines… 

 

 

Partager sur

  • Facebook

Réservez votre voyage au départ de montpellier

Réservez votre vol au départ de MONTPELLIER.