• MenuMenu
  • RechercheRechercheRechercher
    Fermer
  • Se connecterSe connecterSe connecter

Zanzibar au départ de Montpellier

Accessible via Paris, l’archipel de l’Océan Indien se découvre seul ou combiné avec la Tanzanie voisine, paradis des safaris animaliers. Zanzibar au départ de Montpellier : on vous dit tout de cette nouvelle star du tourisme, qui rivalise avec l’île Maurice ou les Seychelles.

1 - Zanzibar au départ de Montpellier : un voyage sous le signe du dépaysement

Zan-zi-bar…. Les trois syllabes évoquent immédiatement l’aventure et l’exotisme. Au large de la Tanzanie auquel il est rattaché politiquement, perdu dans les eaux de l’Océan Indien, l’archipel de Zanzibar compte trois îles principales et une myriade d’ilots. Carrefour maritime où se sont télescopés les marchands de tissus et d’épices, les explorateurs et les corsaires, il fut convoité par tous les empires durant des siècles. Aujourd’hui apaisé, il subjugue par ses paysages vallonnés et ses kilomètres de côtes ourlées de plages, parmi les plus belles du monde. Oublié au XXème siècle, Zanzibar fait aujourd’hui un retour fracassant sur la scène touristique, rivalisant avec les îles de la région, Maurice ou les Seychelles. Et même si les hôtels se sont multipliés ces dernières années, l’archipel demeure un havre de paix pour des robinsonnades romantiques. Air France ne s’y est pas trompée et relie Paris-Roissy à Zanzibar depuis deux ans, avec trois rotations par semaine (lundi, mercredi et samedi), en correspondance avec le vol qui décolle de Montpellier à 6h05. Les bagages sont enregistrés jusqu’à Zanzibar et le temps de transit à Roissy est limité à 2h40. Pratique !  

 

2 – Remonter le temps à Stone Town

Zanzibar est également le nom de la capitale, dont le cœur baptisé Stone Town (la ville de pierres) est classé au patrimoine mondial de l’Unesco. Voilà qui lui permet de rénover ses fragiles maisons en pierres de corail, qui subissent les assauts des éléments et les outrages du temps. La ville propose un véritable dépaysement et mérite qu’on s’y attarde une nuit ou deux ; par exemple à l’hôtel Double Tree aménagé dans l’ancien palais de justice, point de chute idéal pour explorer la médina. Si elle témoigne de la culture musulmane qui prédomine, elle est aussi un melting-pot mêlant les influences portugaises et indiennes, perses et britanniques. Ici, la mosquée côtoie l’église et le temple hindou, le fort arabe et le palais des sultans rivalisent de beautés et partout, dans les ruelles labyrinthiques, les vieilles portes en bois sculptées font le bonheur des chasseurs d’images. Sur les marchés, les fruits colorés partagent les étals avec les poissons et les épices locales. En fin de journée, il faut rejoindre la terrasse d’un café pour apprécier la langueur toute orientale et contempler le coucher de soleil sur l’océan où dodelinent quelques « Jahazi », le voilier traditionnel des pêcheurs.  

3 – Faire le plein d’épices

Sorti de la ville, la nature reprend rapidement ses droits, dopée par un climat tropical qui rend les forêts toujours plus luxuriantes ; l’Afrique aussi, dans ses couleurs et senteurs. Les routes zigzaguent entre cocotiers et bananiers, dévoilent des villages aux maisons de terre où les habitants élèvent quelques poules, parfois un bœuf, jusqu’au parc national de Jozani colonisé par les singes. En route, il est impératif de se ménager une pause pour visiter les plantations d’épices cachées dans les douces montagnes de l’intérieur, autour des villages de Kizimbani ou Machui. Elles ont longtemps fait la richesse de Zanzibar avant d’être supplantées par le tourisme mais constituent toujours une passionnante excursion. Tout pousse ici, ou presque : cannelle, coriandre, safran… Autant de senteurs fabuleuses, de plantes aux noms évocateurs. Ici un poivrier, plus loin un cannelier à l’écorce si odorante, et là-bas une racine de gingembre… La star de la visite est assurément le clou de girofle aux vertus médicinales reconnues, dont l’odeur évoque immanquablement un cabinet de dentiste ! On en profite pour acheter un petit cocktail d’épices et aromates, souvenir aussi agréable qu’utile…

 

4 – Profiter des plages de l’Océan Indien

A Zanzibar, les plages n’ont rien à envier à celles de l’île Maurice ou des Seychelles. Frangées de cocotiers, protégées par une barrière de corail, les plus belles s’égrènent au nord, dans la région de Kendwa et Nungwi (un village où on visite un chantier de boutres), et le long de la côte orientale. Leur sable aussi blanc et fin que de la farine fait le bonheur des amateurs de farniente. Tout juste faut-il choisir le bon moment pour tremper un orteil car les marées sont parfois importantes. Ces dernières années, les hôtels ont poussé comme des champignons mais sans détériorer la beauté des sites, luxueux (par exemple le White Sand Luxury Villas & Spa) ou plus décontractés (comme le RIU Palace Zanzibar). Ici, les plaisirs de la plage se combinent avec les activités nautiques, de la plongée au kitesurf. Entre deux bains de soleil, on organise des randonnées pour découvrir les beautés de la forêt primaire et les petits ports de pêche, des sorties en mer sur d’authentiques boutres. Et pour ne pas bronzer idiot, il est possible de visiter le Seaweed Center (dans le village de Paje), une ferme d’algues qui fabrique des savons et produits de beauté.

 

Partager sur

  • Facebook

Réservez votre voyage au départ de montpellier

Réservez votre vol au départ de MONTPELLIER.