Infos vols & services COVID

Consulter le programme de vols et services COVID  En savoir plus

Jeu Luxair

Tentez de gagner 2 billets d'avion pour Luxembourg avec Luxair  En savoir plus

  • MenuMenu
  • RechercheRechercheRechercher
    Fermer
  • Se connecterSe connecterSe connecter

Découvrez tous les charmes du Portugal

Si les vols directs au départ de Montpellier permettent d’explorer Lisbonne et Porto le temps d’un long week-end, ils sont aussi l’occasion de pousser au-delà des deux villes et de pénétrer le Portugal au cœur. La preuve par cinq !

 

Voir Lisbonne d’un nouvel œil

Si les ruelles de Lisbonne font son charme, n’imaginez pas la capitale figée dans le passé. Le long du Tage, elle n’en finit plus de regarder vers le futur. Le pont suspendu du 25 Avril lui donne un petit air de San Francisco. On peut pénétrer dans un pilier et se hisser en ascenseur jusqu’à une terrasse en verre pour admirer le tablier. Vertige assuré ! L’expérience se combine avec le futuriste musée MAAT (architecture, technologies) tout en rondeurs, un peu plus loin au bord du fleuve ; avant de partager un verre de ginja (un apéritif à base de griottes) sur la terrasse de LX Factory. Ce complexe industriel a été reconverti en boutiques vintage et restaurants branchés. La brique se mêle au fer, les murs servent de toiles au street-art. Résolument trendy !

A l’est de la ville, un autre pont hypnotise. Avec ses haubans et sa longue silhouette (13 km !), le pont Vasco-de-Gama est l’un des plus longs d’Europe, et le symbole de l’Exposition internationale de 1998 pour laquelle il fut construit. Tout autour, un quartier futuriste est sorti de terre. Bâtiments aux lignes audacieuses pour explorateurs urbains et espaces verts pour familles en goguette… il vaut une visite. De l’aquarium (un cube posé sur les eaux) au Pavillon de l’Atlantique en forme de coquillage en passant par le Pavillon du Portugal, étrange dalle de béton incurvée, comme suspendue dans les airs, les architectes ont laissé leur imagination divaguer…

 

Prendre l’air autour de la capitale

Nichée dans les montagnes, à une quarantaine de minutes au nord de Lisbonne, Sintra fut la ville de villégiature de l’aristocratie européenne au XIXème siècle. Elle a bâti des palais aussi éclectiques qu’exubérants comme le coloré palais royal de Pena, folie romantique coiffée de tourelles. Le palais national est beaucoup plus sage en comparaison, malgré ses deux étonnantes cheminées. D'autres édifices en mettent plein la vue : le chalet de la comtesse d'Edla ou l'incroyable Quinta da Regaleira construite dans un style néo-manuéliste, avec son étrange tour inversée qui plonge à 27 mètres sous terre ! Pour épater ses voisins, l’aristocratie a également aménagé de somptueux jardins. Le parc de Montserrat, l’un des plus élégants, invite à la rêverie. 

A l’ouest de Lisbonne, à l’embouchure du Tage, Cascais et Estoril (où Ian Fleming a inventé James Bond) cultivent une ambiance marine. Sur les falaises de Cabo da Roca, la terre la plus à l’ouest de l’Europe, on s’imagine en explorateur en route pour les Amériques. Les amateurs de glisse peuvent aussi s’essayer au surf autour de la petite ville de pêcheurs d’Ericeira, considérée comme l’un des plus importants spots d’Europe. Les plages de l’Atlantique ourlées de puissants rouleaux s’étirent sur 8 kilomètres, comme celles de Ribeira de Ilhas ou de Sao Lourenço. Même sans planche, on s’éclate ! Sur les plages de Foz do Lizandro et Sao Juliao, les baigneurs sont à leur aise… 

 

Découvrir tous les goûts du terroir

Par-delà le Tage, au sud de Lisbonne, les plaines de l’Alentejo plantées de chênes-lièges et de vignes s’étirent à l’infini. Bienvenue au paradis de l’agro-tourisme ! Dans la ville d’Evora classée au patrimoine de l’Unesco, le temple romain, la cathédrale gothique et les maisons blanchies à la chaux éblouissent. On la combine avec des balades à vélo ou à cheval dans la région, et des visites de domaines viticoles, bien sûr ! Beaucoup ouvrent leurs portes pour d’enivrantes balades à la découverte des blancs (généralement doux) et rouges aux saveurs insolites, issus de cépages ancestraux. La région est aussi le gardien du « Vinho de Taïha », un vin unique par son processus de vinification dans des amphores, mis au point par les Romains il y a 2000 ans.  

D’autres préfèrent mettre de l’eau dans leur vin, en combinant la découverte des vignobles avec l’exploration de la baie de Setubal (50 km au sud de Lisbonne). Ses eaux abritent une colonie de dauphins que l’on approche lors d’une croisière en catamaran ou en kayak. A moins, pour les plus sportifs, d’arpenter à pied ou en vélo les sentiers de montagnes du parc naturel d’Arrabida qui domine l’Atlantique. La journée se termine toujours par une dégustation de vin et de charcuteries locales dans le petit restaurant du Fort de Setubal qui surplombe la baie, au coucher de soleil. Divin !    

 

 

Remonter le temps depuis Porto 

Remonter le fleuve Douro au départ de Porto, c’est voyager dans le temps. Villages assoupis et villes historiques s’égrènent en un chapelet de belles histoires.  Braga aurait pu se contenter de sa cathédrale et des ruelles pittoresques de son cœur historique livré aux boutiques de « bondieuseries », qui rappellent qu’elle fut longtemps le centre du christianisme de la péninsule ibérique. Mais la ville voulait mieux… Au XVIIIème siècle, elle érigea le sanctuaire de Bom Jésus do Monte, au sommet du mont Espinho. On le rejoint par un étourdissant escalier de pierre, « accordéon » de 577 marches décoré de fontaines et sculptures bibliques. Pour les pressés, il y a aussi le funiculaire !       
Guimaraes n’a rien à lui envier. Elle est le berceau du Portugal, là où le roi Alphonse Enriques a battu les Maures en 1128. On explore d’un bon pied une ville médiévale au dessin tortueux qui concentre neuf siècles d’histoire : château aux tours carrées et aux murs crénelés, maisons à la base de granit et aux étages de bois décorés de balcons ouvragés... Dans l’entrelacs de ruelles et de placettes illuminées d’orangers, les palais exhibent leur grandeur, les couvents dissimulent leurs cloîtres secrets. Celui de Oliveira abrite désormais un exquis musée d’art sacré. Quand l’église Notre-Dame de l’Olivier résonne de la même ferveur qu’au Moyen Age, lorsque les pèlerins en route pour Saint-Jacques-de-Compostelle y faisaient halte…  

 

S’enivrer en explorant le Haut-Douro 

De chaque côté du fleuve Douro, les versants inclinés jusqu’à 70 degrés donnent le vertige. C’est ici, dans ce Haut-Douro situé à une centaine de kilomètres en amont de Porto, que s’épanouit le raisin qui produit l’un des plus célèbres vins de la planète. L’homme a sublimé la nature en construisant des milliers de kilomètres de murets de pierres qui épousent les courbes du vertigineux relief pour aménager des terrasses et mieux y faire pousser les vignes. Elles se nourrissent de la chaleur de la journée et de la terre rocheuse qui absorbe les rayons du soleil pour mieux les restituer durant la nuit. 

Sur ces terres abruptes, les routes sont sinueuses, escaladent les montagnes depuis les rives du fleuve jusqu’aux sommets. Les vendanges sont une épreuve. La cueillette se fait toujours à la main, avant que les récoltes rejoignent les quintas (domaines) cachées dans les vallées ou accrochées aux collines ; là où les raisins sont pressés avant de terminer leur maturation dans les chais de de la ville de Porto.  Certaines ouvrent leurs portes aux visiteurs comme la Quinta do Sexo de Sandeman, l’une des plus célèbres marques de Porto (1790). De la découverte de vieux millésimes à la dégustation, le précieux nectar y dévoile tous ses secrets !  

 

Comment on va au Portugal ? Avec Transavia, qui relie Montpellier à Lisbonne deux fois par semaine (jeudi et dimanche), et avec easyJet qui vole pour Porto jusqu’à trois fois par semaine (mardi, jeudi et samedi). www.transavia.com et www.easyjet.com  

 

Partager sur

  • Facebook

Réservez votre voyage au départ de montpellier

Réservez votre vol au départ de MONTPELLIER.