Jeu voyage Paris + Parc d'attractions

Tentez de gagner 1 voyage à Paris avec Air France + 2 entrées dans un parc d'attractions  En savoir plus

  • MenuMenu
  • RechercheRechercheRechercher
    Fermer
  • Se connecterSe connecterSe connecter

Quatre raisons de découvrir la Grèce en automne

Douceur de vivre et climat ensoleillé, plages tranquilles et sites antiques désertés… la Grèce est encore plus belle en octobre. Athènes, Santorin et la Crète sont reliés à Montpellier jusqu’à la fin du mois. On se dépêche !

 

1 – Profiter de la douceur de l’automne

Partir en Grèce à l’automne, c’est d‘abord aller chercher la chaleur qui commence à faire défaut en France. En octobre, la température à Athènes flirte avec les 25°. Plus au sud, dans les îles des Cyclades ou en Crète généralement ventées durant l’été, c’est également la bonne saison pour profiter d’un doux soleil. La température de l’eau est tout aussi agréable, aux alentours de 21°; assez pour se mouiller ! Si on associe Athènes à une destination urbaine, on oublie souvent qu’elle est idéale pour combiner les plaisirs de la ville et de la plage. A une vingtaine de kilomètres du centre-ville, la Côte d’Appolon est surnommée la Riviera Grecque. On la rejoint facilement par le tramway ou le bus, avant d’étaler sa serviette sur le sable ou louer un transat. A chacun ses goûts : ambiance chic et branchée à Astir Beach (restaurant, sports nautiques), jeune et festive à Alimos (au Bolivar Beach Bar) ou à l’Akantus Beach, ou plus confidentielle dans les criques qui prolongent Agia Marina. La Crète sait également en mettre plein la vue. La plage de Balos dévoile un magnifique lagon aux eaux turquoise, Elafonisi éblouit avec son sable fin aux reflets roses. Preveli, Falassarna et Vai figurent également parmi les plus belles plages de Crète. Enfin, l’île de Santorin aime surprendre, même si elle est davantage réputée pour ses villages que ses plages. Ici, il faut choisir sa couleur : sable noir volcanique, blanc pour la White Beach ou rouge pour la Red Beach cernée de falaises ocres.

La bonne idée - Depuis Athènes, on rejoint facilement Egine (35 mn de navigation depuis le port du Pirée). La plus proche des îles du golfe Saronique est idéale pour une immersion de quelques heures au cœur d’un monde préservé. 

 

2 – Se cultiver sans se bousculer 

Que l’on soit fan des aventures d’Héraclès (Hercule en grec) ou amateur de vieilles pierres, la Grèce est un paradis pour se plonger dans la mythologie. Mais comme nombre de destinations très touristiques, les sites archéologiques sont envahis par une foule plus ou moins disciplinée au plus fort de l’été. En automne, on redécouvre le plaisir de grimper sur les vieilles pierres sans se bousculer et de faire des photos sans touriste, ou presque ! A Athènes, l’Acropole agit comme un aimant. Perchée sur son rocher, la ville antique abrite quelques incontournables : l’escalier monumental des Propylées, le temple d’Athéna ou le Parthénon…  La Crète remonte encore plus loin dans le passé, sur les traces de la civilisation minoens. Si la capitale Héraklion emprunte son nom à Hercule, le héros doit partager la vedette avec le palais du roi Minos à Knossos, un site historique librement réinterprété depuis sa découverte il y a 150 ans, à la mode péplum ! Il est vrai que le palais, qui donna naissance à la légende du Minotaure, du labyrinthe de Dédale, du fil d’Ariane et d’Icare, donne envie d’écrire de belles histoires ! Santorin sait également se mettre en scène. Le site archéologique d’Akrotiri est un peu son « Pompéi ». Les ruines du village, enseveli par les cendres volcaniques, rappellent le sort funeste de l’île secouée par une terrible éruption il y a 3600 ans. Elle donna naissance au mythe de l’Atlantide…       

La bonne idée – combinez la visite de l’Acropole d‘Athènes avec le musée de l’Acropole, écrin de béton et de verre. On y admire les caryatides (colonnes en forme de femme) et la frise des Grandes Panathénées, transportées ici pour les protéger de la pollution. 

 

3 – Goûter aux délices de la cuisine grecque 

Réputée dans le monde entier pour ses vertus nutritionnelles, la cuisine grecque est aussi généreuse que colorée et parfumée. Les produits locaux et de saison sont à l’honneur, assaisonnés de jus de citron, herbes aromatiques et huile d’olive. Chaque région en Grèce dispose de ses propres spécialités mais partout, on se régale de salade grecque, tzatziki, moussaka et poissons grillés, arrosés de vins aux arômes inédits. Lorsqu’il s’agit de bon goût, la Crète est en pointe. Le village viticole d’Archanes vit au rythme des saisons. Sur la place centrale, on s’installe sous les treilles des cafés pour partager un verre avec les anciens au son du cliquetis des « komboloï », ces chapelets hérités de la période ottomane qu’ils manipulent à longueur de journée. Non loin de là, le domaine Boutari raconte une autre renaissance : celle du vin local. Des jeunes vignerons ont replanté les vignes et mélangé les cépages pour créer de nouveaux assemblages. Exquis ! Les terres volcaniques de Santorin ont donné naissance à d’autres saveurs tout aussi subtiles. Ancrées dans la lave et arrosées de brumes, les vignes - qui comptent parmi les plus anciennes du monde et poussent à ras le sol - produisent un vin blanc aux notes minérales. Une expérience à prolonger par le musée du vin (près de Kamari), creusé à 8 mètres de profondeur !

La bonne idée – accrochée aux falaises de Santorin, la cave Venetsanos propose une expérience vertigineuse. On y découvre les secrets de fabrication des vins de l’île, avant une dégustation avec vue sur la caldeira. 

4 – Des soirées festives ou des journées contemplatives 

Comme un antidote à la crise économique qui plongea la Grèce dans le chaos en 2008, Athènes se noie dans la fête. A l’historique quartier de Plaka bourré de charme mais désormais livré au dieu tourisme, les habitants préfèrent d’autres quartiers, comme Pangrati aux multiples boutiques trendy, Thissio ou Koukaki. La scène culturelle y vibre et la « filoxenia », ce formidable sens de l’hospitalité, imprègne les rues animées ; comme sur Herakleidon (la rue des Hercules) bordée de restaurants débordant de vie. En Crète, la fête illumine les nuits d’AgiosNikolaos, surnommé le « Saint Trop’ crétois ». Restaurants et bars s’animent jusqu’à plus soif, avec pour décor les bateaux multicolores qui dodelinent dans le petit port. Passé l’été, les prix fondent ; on en profite ! Pour sa part, Santorin s’invente un nouvel avenir, au point de rivaliser avec la festive Mykonos. Longtemps épicentre de l’île, la capitale Fira a laissé sa place à Oia. Perché en équilibre sur les falaises, l’ancien village de pêcheurs aux blanches maisons troglodytiques est devenu le paradis des instagrameurs, venus se photographier devant l’un des plus beaux couchers de soleil de la planète. Si les ruelles ont des allures de fashion week en pleine saison, elles retrouvent un zest de sérénité à l’automne. C’est le bon moment pour réussir le cliché parfait !  

La bonne idée – de nombreux restaurants ont pris possession des toits d’Athènes. A l’instar de l’Attic Urban Rooftop où l’on partage mezzés et brochettes grillées, avec l’Acropole en toile de fond. Sublime !    

Comment on y va ? avec Transavia, qui propose deux vols par semaine pour Athènes jusqu’au 5 novembre, deux vols par semaine pour Héraklion jusqu’au 28 octobre et un vol par semaine pour Santorin jusqu’au 24 octobre. 

Partager sur

  • Facebook

Réservez votre voyage au départ de montpellier

Réservez votre vol au départ de MONTPELLIER.