Quatre raisons de visiter Madrid | Aéroport Montpellier Méditerranée

Installation d’une signalisation dynamique

Fermeture provisoire du parking P4 du 24 février au 4 mars  En savoir plus

Votre vol au meilleur prix

Réservez votre billet d'avion avec l'Aéroport de Montpellier  En savoir plus

  • MenuMenu
  • RechercheRechercheRechercher
    Fermer
  • Se connecterSe connecterSe connecter

Quatre raisons de visiter Madrid

Ville aux mille visages, Madrid a libéré son imagination et sa créativité pour transformer ses quartiers, au point de devenir l’une des capitales les plus attachantes d’Europe ; l’un des plus festives aussi. Une ville électrique et éclectique, à découvrir au plus vite !

Face à l’animée Barcelone et la pétillante Séville, Madrid a longtemps peiné à trouver sa place. Il est vrai que la capitale espagnole n’a ni la mer pour rendre son climat plus doux, ni la riche culture arabo-andalouse pour séduire. L’affront est aujourd’hui réparé. Son architecture monumentale, ses riches musées et ses nouveaux quartiers alternatifs en font une métropole dans l’air du temps, ouverte sur le monde. Avec trois vols par semaine proposés par Transavia dès le 5 avril (à partir de 34 € l’aller simple), elle n’est qu’à une heure et demie de Montpellier. Voilà quatre bonnes raisons de s’envoler pour Madrid…  

 

Pour vivre un conte de fée

Si les frasques de la monarchie espagnole sont moins médiatiques que celles de la famille royale d’Angleterre, le roi n’en demeure pas moins un ciment pour le pays. A 52 ans, Felipe VI fut longtemps très courtisé, avant de se marier avec Letizia Ortiz, célèbre journaliste de la chaîne de télévision TVE qui lui a donné deux filles. Un conte de fée qui fait du couple royal l’un des plus glamours d’Europe. Il y a peu de chance que vous le croisiez lors de votre périple à Madrid. Mais la visite du Palais Royal permet à ceux qui ont l’âme « fleur bleue » de rêver ! Surplombant une Place d’Armes qui s’anime de parades militaires lors des cérémonies nationales, le gigantesque bâtiment fut érigé au XVIIIème siècle. Plus que son architecture néoclassique, les intérieurs font briller les yeux : le grand escalier qui mène aux appartements royaux, la salle des colonnes ornée de tapisseries, la salle à manger au plafond peint d’une fresque représentant Christophe Colomb, la chapelle, et bien sûr, la salle du trône aux riches dorures. Ceux qui en veulent encore pourront faire un détour par l’armurerie, royale bien sûr ! On y admire des armes et armures, certaines datant de l’époque de Charles Quint, pour se rêver 

 

Pour rejouer la movida

La movida est associée pour toujours à Madrid. Le mouvement, qui évoque la liberté créative et a fait vibrer l’Espagne dans les années 80, est né dans la capitale. Il perdure aujourd’hui dans l’esprit qui anime les soirées madrilènes. A chacun ses envies… La Puerto del Sol, cœur névralgique avec ses restaurants, boutiques et marchés, et le Barrio de las Letras (le quartier historique des lettres) dont les vieux cafés aux murs pavés d’azulejos n’attendent que la fin du jour pour s’amuser, ont fait la célébrité de Madrid. Aujourd’hui, d’autres lieux expriment la vitalité de la capitale. Le populaire quartier de migrants de Malasana, où est née la movida, est toujours dans le coup. Dans ses rues étroites plantées d’arbres, les magasins de stylistes et les bistrots décalés partagent les trottoirs avec des boutiques vintage, pour le plus grand bonheur des hipsters. A deux pas, Chueca est devenu l’épicentre de la communauté gay, tout en conservant sa saveur populaire. Animé toute l’année, il s’enflamme lors de la Gay Pride (le 4 juillet en 2020), l’une des plus populaires d’Europe. Quant à Lavapiés, connu comme le quartier le plus cosmopolite de Madrid, il est devenu le noyau de la culture underground et le lieu de rendez-vous du théâtre alternatif.

 

Pour améliorer sa culture

Madrid n’a rien à envier à Paris, Londres ou Berlin en matière de culture. Mieux, dans la capitale espagnole, l’art et la nature font bon ménage. Ainsi le Caixa Forum, une ancienne centrale électrique réhabilitée par les architectes Herzog & De Meuron et flanquée d’un mur végétal de 460 m2 conçu par le français Patrick Blanc. Le centre culturel a pris racine le long du Paseo del Prado (une large avenue verdoyante), tout comme les grands musées de Madrid, situés à quelques minutes de marche les uns des autres. Pratique ! Au Prado (l’équivalent du Louvre) qui a fêté ses 200 ans en 2019, les œuvres de Titien et Rubens, mais aussi des peintres espagnols Goya et Velasquez, trônent en bonne place. Plus loin, le musée Thyssen-Bornemisza subjugue par sa prodigieuse collection privée de 800 œuvres, de Van Gogh à Bacon. Jusqu’au 24 mai, il est le théâtre d’une exposition consacrée à Rembrandt. Enfin, le Centro de Arte Reina Sofia ne laisse pas marbre. Cet ancien hôpital, auquel Jean Nouvel a greffé une aile futuriste, est devenu le temple de l’art moderne. Entre Dali et Picasso, avec pour pièce maîtresse le monumental tableau « Guernica », ne manquez pas l’exposition temporaire consacrée à Mondrian, le maître de l’abstraction (13 mai au 14 septembre).   

 

Pour voir (et faire) du sport

Le Real ou l’Atlético ? A Madrid, il faut choisir. Les deux clubs emblématiques de la capitale attirent les amateurs de ballon rond en provenance du monde entier. On y va pour assister à un match, ou en pèlerinage ! Dans le quartier de la Castellana, La Défense locale où Madrid construit toujours plus haut (comme les tours du Cuatro Torres Business Area), le stade Santiago Bernabeu du Real Madrid se visite comme une cathédrale. On y découvre les lieux emblématiques de l’enceinte de 81 000 places construite en 1947, de la loge présidentielle aux sièges chauffés qui accueillent les joueurs au bord de la pelouse ; et bien sûr celui de l’entraîneur, un certain Zinedine Zidane… Le maillot de l’équipe s’achète quant à lui dans la boutique du club, sur Gran Via. Au nord-est de la ville, le Wanda Metropolitano de l’Atlético Madrid a été inauguré en 2017. L’enceinte de 68 000 visiteurs se visite également. Mais depuis qu’Antoine Griezmann a quitté le club, les Français y sont beaucoup moins populaires ! A défaut, on peut mouiller le maillot au Parque del Retiro. Véritable poumon de Madrid, le parc (118 hectares) est idéal pour effectuer son jogging ou améliorer son rythme cardiaque en faisant de la barque sur le bassin qui trône en son cœur… 

 

Partager sur

  • Facebook

Réservez votre voyage au départ de montpellier

Réservez votre vol au départ de Montpellier.